Fév 26

National : soupçons de paris truqués autour d’un match Fréjus-Colomiers (LeParisien.fr)

Tags:

Le parquet vient de prendre des réquisitions à l’encontre de deux joueurs de l’équipe de foot de Fréjus, club de National, suspectés d’avoir été achetés en 2014 pour perdre une rencontre et faire gagner des parieurs en Asie.

Un banal match de National (l’équivalent de la 3e division), un soir de printemps 2014. Le 9 mai, l’Etoile FC Fréjus Saint-Raphaël reçoit Colomiers, en position de relégable. L’affiche n’a rien de passionnant. Elle n’a aucune raison d’exciter les parieurs asiatiques et de générer des mises astronomiques. Et pourtant… Comme l’a révélé « l’Equipe Magazine », les soupçons de trucage autour de ce match qui s’est soldé par une curieuse défaite du club varois (1-4) ont entraîné l’ouverture d’une enquête judiciaire.

Selon nos informations, le parquet national financier (PNF) vient de rendre son réquisitoire. Dans ce document daté du 4 décembre, le ministère public réclame le renvoi devant le tribunal correctionnel de deux joueurs de Fréjus Saint-Raphaël pour corruption sportive passive et participation à une association de malfaiteurs.

Pour les enquêteurs, le trucage de la rencontre ne fait guère de doute. Dès la 6e minute, le défenseur central Matar Fall adresse une passe en retrait vers son gardien, Dominique Jean-Zéphirin, qui voit le ballon entrer dans ses buts. Un « mauvais gag », dira un de leurs partenaires. A la 20e minute, Fréjus Saint-Raphaël, pourtant favori, est mené 0-4. Trois jours plus tard, l’Union des associations européennes de football (UEFA) fait part de ses soupçons à la Fédération française de football (FFF), qui porte plainte le 16 mai.

Une première tentative face à Dunkerque

« Le score, le déroulement du match, le volume et l’évolution des prises de paris permettent d’établir, sans contestation possible, que la défaite de Fréjus Saint-Raphaël a résulté d’une manipulation de la rencontre caractérisée par l’attitude volontaire de deux de ses joueurs (NDLR : Jean-Zéphirin et Fall) […] dans le seul objectif de permettre des gains en faveur de parieurs ayant misé sur plusieurs sites basés à l’étranger et, vraisemblablement, dans plusieurs points de jeux également situés à l’étranger », tacle le PNF. Selon le site Sportradar, l’évolution anormale et extrêmement rapide de la cote en faveur d’une victoire de Colomiers atteste de mises extravagantes pour une rencontre de ce type.

D’après plusieurs joueurs de Fréjus Saint-Raphaël, Dominique Jean-Zéphirin, en présence de Matar Fall, aurait d’abord tenté de convaincre ses partenaires de lever le pied lors du match précédent, face à Dunkerque. L’un d’eux parle d’une somme de 1 000 € en échange — la promesse d’un versement de 10 000 € a aussi été évoquée dans l’enquête. Mais les joueurs refusent et le match se solde par un nul (0-0).

Selon l’accusation, les deux hommes se seraient alors arrangés pour « faciliter eux-mêmes » la défaite de leur club face à Colomiers. Ce qu’ils contestent. « Si on commence à accuser des gardiens sous prétexte qu’ils ont été mauvais, il faudrait ouvrir une enquête contre le gardien du PSG qui a encaissé six buts face à Barcelone », ironise Me Yassine Bouzrou, l’avocat de Dominique Jean-Zéphirin qui, sur le fond, entend déposer des conclusions aux fins de non-lieu pour son client.

Qui sont les donneurs d’ordre?

Les deux joueurs ont reconnu avoir approché leurs partenaires, mais en rejetant sur l’autre l’initiative de ce projet. Ils ont également fait état d’une rencontre dans un bar de Fréjus, organisée après le match nul face à Dunkerque, avec quatre hommes qui leur auraient reproché de leur avoir fait perdre 200 000 € à la suite de ce résultat non conforme à leur attente. Là encore en s’accusant l’un l’autre de l’organisation de cette entrevue. « Leur particulière implication et leur détermination à commettre des faits aussi graves ne peuvent […] se justifier que par l’intérêt et non par une pression qui aurait été exercée par des personnes qu’ils ne connaissaient même pas », considère pour sa part le PNF. Contacté, Me Ali Khalfaoui, l’avocat de Matar Fall, n’a pas souhaité faire de commentaire.

Si elle a accumulé les soupçons envers les deux joueurs, l’enquête n’a en revanche pas permis d’établir l’identité des donneurs d’ordre. Mais, comme l’a détaillé « l’Equipe Magazine », Dominique Jean-Zéphirin est suspecté d’être un proche de Wilson Raj Perumal, un Singapourien connu pour être l’un des plus grands truqueurs de matchs de foot du globe. Reste maintenant au juge d’instruction de décider ou non du renvoi des joueurs en correctionnelle.

Source : LeParisien.fr – 18 décembre 2017